Ce site web utilise ses propres cookies et des cookies de tiers pour améliorer votre accessibilité, et personnaliser et collecter des informations statistiques sur votre navigation. Si vous continuez à naviguer, nous considérons que vous acceptez son utilisation. Vous pouvez obtenir plus d'informations en consultant notre politique de cookies. OK
Votre panier
Total des articles:
Avez-vous un coupon de réduction?
Paiement complet
Confirmer la commande
15 jours pour changer ou retourner votre achat après la livraison
Votre transaction est sécurisée. Nous utilisons les dernières technologies pour protéger votre sécurité et maintenir votre confidentialité.
Commencer la session
Matériel professionnel pour sapeurs pompiers forestiers

Équipement de protection respiratoire pour les incendies forestiers

Conversation entre Sergi Pareja et Ángelo Lorenzo

 

A.L: À quels risques professionnels les sapeurs-pompiers forestiers sont-ils exposés?

S.P: Les sapeurs-pompiers forestiers ont les mêmes risques qu'un soudeur, parce que vous êtes exposé aux métaux lourds, les mêmes risques qu'un coroner, parce que vous travaillez avec des matières organiques, peut-être même avec des animaux morts; Vous êtes confronté aux mêmes dangers qu'un bûcheron en raison de l'exposition au formaldéhyde en tant que fondoir en ce qui concerne le stress thermique. Votre risque est comparable à celui d'un militaire en raison de son exposition à des menaces biologiques, à celui d'un mécanicien, à travailler avec de la machinerie lourde et des outils, ou à celui d'un mineur ...

 

Comment choisissons-nous un bon respirateur?

A.L: Ces jours-ci, on a beaucoup parlé des types de filtres pour masques: FFP1, FFP2, FFP3… Comment choisir un bon respirateur?

S.P: Les équipements de protection respiratoire ne protègent pas par la qualité du filtre mais plutôt par la capacité de nous isoler du danger: c'est le scellage qui fait la différence.

 

A.L: Quelle évolution avez-vous vu dans le scellage?

S.P: Malheureusement, ce ne sont pas ceux qui viennent d'Asie pour faire face au COVID 19, qui est un produit de premier prix, mais les respirateurs qui sont fabriqués pour un usage intensif tels que les sapeurs-pompiers sont conçus pour s'adapter à jusqu'à 8.000 formes de visages différentes, comprenant des femmes et des hommes, entre 16 et 70 ans, caucasiens, afro-descendants, asiatiques, indiens, etc. La courbe en cloche d'ajustement de Gauss est importante. Nous aurons toujours un 3 percentile supérieurs et inférieurs à ceux qui ne serviront pas. Mais les fabricants responsables mettent beaucoup d'efforts dans la reconnaissance faciale, et pas seulement l'ergonomie mais l'anthropométrie, pour que le respirateur soit en forme avec certitude.

 

A.L: Dans quels domaines les masques posent-ils plus de problèmes de perméabilité?

S.P: En général, ils ont tendance à se fermer mal de la part des alvéoles du nez et des joues. Lorsque l'étanchéité n'est pas correcte, de la vapeur d'eau et du dioxyde de carbone s'échappent vers le haut, provoquant la buée des verres.

 

A.L: Bien sûr. Les sapeurs-pompiers forestiers ne sont pas exactement assis à une table. En raison des caractéristiques de notre travail, nous transpirons beaucoup, la vapeur peut ternir nos lunettes, ce qui est très gênant, dans le pire des cas, cela peut gêner la vision et faire en sorte que le combattant décide d'enlever son masque pour terminer le travail.

S.P: C'est une grave erreur. Les EPI sont classés en 3 catégories: risques mineurs, risques graves ou danger de mort. La protection des yeux est considérée comme la catégorie 2; Perdre un œil est grave, mais cela ne vous prend pas la vie. La protection respiratoire appartient à la catégorie 3. Parfois, nous ne la réalisons pas, car elle se produit à moyen ou long terme, mais sa négligence a des conséquences fatales.

 

A.L: Comment pouvons-nous nous protéger sans perdre le confort? Les masques avec des verres intégrés utilisés dans les incendies structurels fonctionneraient-ils?

S.P: La mécanisation est essentielle. Nous ne devons pas exposer les personnes, surtout si elles ne sont pas adéquatement protégées par un appareil respiratoire. Lorsque le stress respiratoire augmente, les performances diminuent. Vous mettez un respirateur et en raison de la faible résistance respiratoire qu'il a, aussi faible que soit le Pascals de résistance respiratoire qu'il a dans le flux, cela augmentera immédiatement votre fréquence cardiaque, atteignant des limites allant jusqu'à 140 battements. Cela augmentera votre respiration d'environ 10 à 15%. Si vous mettez un scellage facial intégral, la quantité de monoxyde de carbone et de vapeur d'eau que vous générez en respirant restera à l'intérieur du respirateur, et ce qui devrait être 21% d'oxygène à l'intérieur diminuera. Et il descendra, du 21 au 20, au 19 et quand il atteindra 18, vous enlèverez votre respirateur parce que votre propre dioxyde de carbone va vous empoisonner, votre tête vous fera mal, cela vous rendra étourdi et nauséeux. Par conséquent, pour les incendies forestiers, l'idéal serait de concevoir un appareil respiratoire à faible résistance respiratoire. Un respirateur à demi-visage en silicone ou thermoplastique qui, au lieu d'avoir deux filtres, a un seul filtre et deux soupapes d'expiration, de sorte que le dioxyde de carbone, à une pression inférieure, quitte le respirateur plus rapidement. Ces types de solutions sont celles qui devraient être envisagées. Mais la vraie protection sera de garder les pompiers forestiers à l'abri d'une exposition directe et continue grâce à la mécanisation.

 

A.L: Un conseil?

S.P: Rasez-vous. Le plus grand ennemi des pompiers forestiers sont les trois axes: les hipsters, les rockeurs et les hippies. Pour une bonne adhérence, il est indispensable d’avoir le visage bien rasé. Nous sommes confrontés à de graves risques. Vivre avec une insuffisance respiratoire à l'âge de soixante ou soixante-dix ans n'est pas une vie de qualité.

 

A.L: Quels types de filtres ou de masques utiliser?

S.P: Les filtres FFP2 ne devraient pas fonctionner en cas d'incendie forestier. La protection minimale requise doit être FFP3. Les sapeurs-pompiers forestiers sont confrontés à des gaz, des vapeurs organiques et inorganiques, des amines, du formaldéhyde, de la vapeur de mercure, des fumées, des brouillards et des nanoparticules, qui sont largement inconnus. Les FFP3 ne sont pas infaillibles, ils ne vous protègeront pas contre les gaz par exemple, mais les fuites vers l'intérieur sont de 1%, par rapport aux FFP2 qui laissent fuire 6%.

 

A.L: Le prochain échelon?

S.P: Le demi-masque. Les filtres que certains appellent la cellulose et que fondamentalement le matériau filtrant est un polypropylène électrostatique, il capture les particules par magnétisation. D'autre part, un filtre, placé dans un demi-masque, est un filtre absolu, un filtre EPA comme celui que l'on trouve dans les climatiseurs ou les aspirateurs, avec un degré de filtration pouvant aller jusqu'à 99,92% . Cela signifie que s'il est bien scellé, le facteur de protection nominal passe de 50 qu'un P3 possède (pensez qu'un P2 en a 12) à 200. On parle de très bonne qualité de protection. Actuellement, il existe des masques qui ont des filtres P3 absolus jetables, avec ceux que nous ne serons jamais exposés. Nous saurons que le filtre est effondré lorsqu'une résistance survient lors de la respiration, à ce moment-là il devra être changé, mais les contaminants filtrés ne pénétreront jamais à l'intérieur. C'est le cas du masque Xtreme, qui vous permet également de faire un travail de combat avec de la fumée en portant un P3 et de le changer pour aller faire une fonction de finition où vous aurez du organique, où vous aurez une combustion lente, partielle ou incomplète, qui vous exposera au formaldéhyde et au monoxyde.Là, vous aurez besoin d'un filtre à charbon actif. Le potentiel de ce demi-masque est la possibilité d'utiliser différents types de filtres, voire des filtres combinés. Le masque Xtreme offre une polyvalence maximale, il s'adapte parfaitement à tous types de travaux d'extinction d'incendie forestier.

 

A.L: Comment savoir quand choisir un filtre ou un autre?

S.P: Pour le travail particulaire, je suggère simplement d'utiliser un FFP3. Il est léger, très résistant thermiquement et nous permettra de travailler confortablement. C'est le même filtre que l'armée pourrait utiliser dans le cas de DNBC (nucléaire, bactériologique ou chimique). Si nous allons être exposés à des gaz, des vapeurs, vous devez le remplacer par un filtre combiné, qui aura toujours un capuchon en carbone et un P3 devant, pour améliorer la durée de vie utile et protéger contre les particules et nanoparticules jusqu'à 0,4 microns.

  

A.L: Filtre FFP3, demi-masque ... Quelle est la prochaine étape?

S.P: La prochaine étape consiste à vous protéger contre le monoxyde de carbone. Ce n'est pas un gaz que l'on peut filtrer au charbon actif, avec les méthodes classiques, peu lourdes et plus ou moins économiques. Il faut le dissocier et pour cela il faut un catalyseur, comme nous l'indique l'industrie automobile ou minière. Mais un catalyseur est cher et lourd. Par conséquent, dans une situation à risque de monoxyde de carbone, si la mécanisation n'est pas possible, l'utilisation d'un demi-masque avec une connexion qui vous permet de transporter un catalyseur dans un sac à dos peut être une solution efficace. Chez Vallfirest, nous travaillons sur un dispositif perturbateur pour ce type de situation. Le seul respirateur d'urgence au monde créé spécialement pour les incendies forestiers. Et il sera disponible très prochainement, cette année. On parle du Xtreme K.

A.L: Et le plus haut niveau de protection serait les bouteilles d'oxygène?

S.P: Les ARI. Pression positive. Des produits qui offrent une isolation complète. leurs point négatif serait la convivialité, car ils ont besoin d'être ré-estampés et entretenus.

 

A.L: L'hygiène des véhicules influence-t-elle également la contamination? Toute cette boue et ces cendres que nous emportons avec nos bottes et notre équipement jusqu'au camion, continuent-elles de nous contaminer après l'incendie?

S.P: S'ils ne contaminent pas par inhalation, ils entreront dans le système tégumentaire (la peau) qui est poreux et absorbe ce type de particularités cancérigènes. Il est donc très important d'être conscient et de se protéger. Bien laver les voitures, décontaminer et protéger la peau. C'est un autre axe de travail que nous développons pour le moment à Vallfirest avec la distribution de lingettes décontaminantes De-Wipe et des vêtements thermo régulables Armadillo Merino.    

 

A.L: Est-il possible de changer ces dynamiques? Y a-t-il encore du temps pour éduquer les pompiers à apprendre à prendre soin d'eux-mêmes?

S.P: Bien sûr! Avec le Covid-19, nous avons tous appris à bien nous laver les mains. Il est temps pour nous de faire de même dans les incendies forestiers et de plaider pour la protection respiratoire et tégumentaire. C'est un investissement dans la santé.

 

Ne manquez pas cela et d'autres superbes interviews sur la chaîne YouTube Extremadura Fire

Vous pouvez voir l'interview complète ici: